Historique

Avec plus de 50 ans d’expérience et d’innombrables victoires au palmarès, les succès de la voilerie Fragnière-Mégroz Voiles se sont construits au fil d’une aventure de passionnés. Découvrez l’histoire des pionniers André et Raymond Fragnière et de l’audacieux Patrick Mégroz.

Naissance d’une voilerie renommée

Dans les années 1950, deux passionnés de voile, les frères André et Raymond Fragnière, se lancent avec enthousiasme dans le dessin et la construction de Moths. Ces bateaux leur donnent l'occasion de se mesurer à des régatiers étrangers pour la première fois. Un constat s’impose: si les coques qu'ils construisent sont supérieures à celles des autres concurrents, leurs voiles sont loin de valoir les modèles étrangers. Ils travaillent alors à les améliorer et le premier résultat ne se fait pas attendre: en 1955, Raymond remporte le Championnat d'Europe de la série, à Cap-Matifou en Algérie.

Après les Moths, les frères Fragnière s’attaquent à la classe internationale des Snipes, la plus diffusée dans le monde à cette époque. Le choix est idéal, puisque le Genevois Armand Manigley est l'un des meilleurs constructeurs de la série. André et Raymond conçoivent des voiles performantes, spécialement construites en 3D sur moule. Toutes ces recherches ne visent alors qu’à satisfaire leur passion de la voile, sans but lucratif.

En 1957, Raymond est sélectionné avec son ami René Glutz pour participer au Championnat du Monde de la Class Snipe, qui se déroule à Cascaïs au Portugal. Malgré leur inexpérience de la compétition à ce niveau élevé, ils remportent le titre de vice-champion du monde, démontrant ainsi la supériorité incontestable des voiles fabriquées par les frères Fragnière.

Ce résultat inattendu modifie profondément la vie d’André et Raymond. A peine quelques jours après le championnat, des commandes de voiles leur parviennent de toutes parts. Pour faire face à la demande, ils montent rapidement un petit atelier avec la collaboration de Sylvette, l'épouse d'André, et coupent les premières voiles Fragnière.

De succès en succès

André et Raymond Fragnière ne délaissent pas pour autant leur passion pour la compétition, participant à toutes les régates importantes en Europe. Leur moisson de premières places confirme la supériorité de leurs voiles:

  • dans la Class Snipe, deux titres de champion d'Europe, à Plymouth en Angleterre et à Landskrona en Suède
  • quatre titres de champion de la Méditerranée, à Alger puis à Barcelone
  • de nombreux autres titres, en Suisse, France, Espagne, Italie et Belgique.

Après les Moths et les Snipes, ils courent sur d'autres séries, toujours avec le même succès: Vaurien, 420, 470, Finn, 505, Corsaire, Flying-Dutchman, Soling, 5.50 m JI et Toucan. Ils participent à presque toutes les régates sur les lacs suisses et gagnent le Bol d'Or du Léman en 1971 et 1973.

Des voiles performantes en 3D sur moule

Très rapidement, André et Raymond comprennent que la solution pour obtenir des voiles s'approchant de la perfection est de les réaliser en 3D sur moule. Ils appliquent donc ce procédé pour toutes les voiles de dériveurs, mais sont limités par la place que prennent les moules. Ils utilisent alors la géométrie descriptive pour dessiner dans l'espace en 3D les voiles de plus grandes dimensions. Dans les années 80, avec l'émergence de l'informatique, des programmes de dessins toujours plus performants remplacent progressivement la géométrie descriptive.

Parallèlement à cette activité, André exerce pendant toutes ces années une activité d'architecte naval, avec la création de plusieurs voiliers, dont le Toucan en collaboration avec Pierre Noverraz, ainsi que le Gauloise du navigateur suisse Pierre Fehlmann.

A bonne école

Quant à Patrick Mégroz, c’est en 1978 qu’il entame son apprentissage de trois ans comme maître voilier dans l'atelier des frères Fragnière – alors que le métier de maître voilier n'était et n’est toujours pas reconnu en Suisse. Collaborant à la fabrication de très nombreuses voiles à la satisfaction des deux frères, il travaille encore pendant deux ans pour l’entreprise. Puis, de 1984 à 1986, il perfectionne ses connaissances auprès de Sobstad au poste de chef d'atelier.

Une voilerie innovante

Le 7 janvier 1987, Patrick Mégroz fonde sa propre voilerie à Crissier, près de Lausanne: la maison Mégroz Voiles. Le premier jeu de voiles qui sort de ses ateliers pour un Sprinta Sport gagne une des régates d'hiver de Vidy.

Grâce à la passion de Patrick Mégroz pour la régate et ses nombreux contacts dans le milieu, le maître voilier fabrique dans un premier temps exclusivement des voiles de régate. Puis, très rapidement, la qualité de construction et la longévité «Swiss made» séduisent les croisiéristes. Aujourd'hui, des voiles datant de 1987 naviguent encore, à la satisfaction de leurs propriétaires.

Avant-gardiste, Mégroz Voiles acquiert en 1991 le premier plotter-cutter de Suisse, une machine pilotée par ordinateur traçant et coupant les voiles automatiquement, avec une précision d'un dixième de millimètre. L'achat de cette machine marque un tournant dans la vie de la voilerie et plusieurs maîtres voiliers viennent admirer sa performance.

De la collaboration à la fusion

A la même époque, les frères Fragnière étudient l'équipement d'une machine de coupes à commande numérique. Apprenant que Patrick Mégroz en a fait l’acquisition, l'idée d'une collaboration entre les deux voileries germe.
En 1997, Mégroz Voiles s’installe dans un nouvel atelier spacieux et fonctionnel à Puidoux. De fil en aiguille, la collaboration avec Fragnière Sails s'intensifie. Les frères Fragnières se concentrent sur le design de leurs voiles de compétition, la coupe et la fabrication étant confiées aux ateliers de Patrick Mégroz.

En 2002, l'heure de la retraite sonne pour les frères Fragnière, après 35 ans passés dans la confection des célèbres voiles siglées du F au palmarès impressionnant et les dessins de bateaux. L'idée d'une fusion des deux entreprises prend corps tout naturellement et Patrick Mégroz rachète la marque Fragnière Sails. L'ensemble des machines et la totalité du stock de la Voilerie Fragnière déménagent de Genève à Puidoux, les deux frères ne conservant à la Pallanterie qu'un petit local pour répondre aux demandes de leurs fidèles amis.
C'est ainsi que Fragnière Sails et Mégroz Voiles ont uni leurs palmarès et leurs compétences pour vous offrir une voilerie avec deux noms, Fragnière-Mégroz Voiles, et comme logo unique le célèbre F.